Retour accueil site DAONET
En ur dremen

(Tout en passant)

 

D'an deiz kentañ 'n ur vale erruet on d'ur c'hoazhent
Kalz amzer am boa war an hent glasañ on bet
Aet on bet da en em goll en ur c'hoad bras-meurbet
Met al lec'h-se oa marzhus, e fiziañs on chomet
Kousket m'eus war al leton e kambr ar stered
Milionoù a lutigoù o deus va miret e peoc'h
An eil war-lerc'h eben, e steuzias ar stered
Unan hepken a vrasaas a lazhas ar re all

D'an eil deiz, en ur vale, erruet on d'ur c'hroazhent
Kalz amzer am boa, war an hent glasañ on bet
Aet on bet er memes c'hoad, hag eñ o tisec'hiñ
Hag al lec'h-se oa klemmus hag e oan dic'hoanak
An abardaez-mañ hep kuzh-heol na serr-noz
Ar gouloù-se oa loskus ha krazus ha kalet
Komprenet 'm eus ne vije noz-du-dall ebet
Na diskuizh e kuzulig na sekred na frealz

D'an trede deiz 'oan o vale e kreiz ur gouelec'h
Ur gouelec'h terdouaret, plaen ha gwall-ziaes
Un hent hepken, kroazhent ebet ken war e hed
Nag amzer da goll evit soñjal en ur bed all
Eus a pevare deiz d'an hini diwezhañ
An dud a red en aner Hastit buan Hastit buan
Eus a pevare deiz d'an hini diwezhañ
N'eus ket mui amzer da goll, 'mañ 'n Ankou o c'hortoz
Le premier jour, pendant une marche je suis arrivé à un carrefour
J'avais du temps, j'ai emprunté le chemin le moins fréquenté
Je me suis perdu dans une forêt immense
Mais l'endroit était merveilleux, je restais confiant
J'ai dormi dans l'herbe à la belle étoile
Un million de feux m'aidèrent à rester en paix
L'une après l'autre les étoiles s'éteignaient
Seulement une grossissait, éteignant les autres

Le deuxième jour, pendant une marche je suis arrivé à un carrefour
J'avais du temps, j'ai emprunté le chemin le moins fréquenté
Je me suis perdu dans la même forêt qui dépérissait
Et cet endroit était plaintif et j'étais désespéré
Ce soir-là sans coucher de soleil ni crépuscule
La lumière était brûlante et déséchante et dure
J'ai compris qu'il n'y aurait plus jamais de nuit noire
Ni repos ni secret ni réconfort

Le troisième jour, j'étais en train de marcher au milieu d'un désert
Un désert bitumé, plat et désagréable
Il n'y avait plus un seul carrefour sur le chemin unique
Ni temps à perdre pour penser à un autre monde
Du quatrième au dernier jour
Les hommes courent en vain Dépêchez-vous Dépêchez-vous!
Du quatrième au dernier jour
Il n'y a plus de temps à perdre, l'Ankou attends

 

Retour à la page d'accueil du site du groupe de rock breton, rock celtique DAONET